Coronavirus / Voyage à La Réunion : plus de quarantaine d’ici au 10 juillet ni de motifs impérieux dès le 22 juin

Nouveau protocole sanitaire au départ et à l’arrivée à La Réunion, suppression des motifs impérieux et des plafonds de passagers par vol

Les acteurs économiques et notamment les prestataires touristiques de La Réunion sont durement touchés par la crise économique générée par la crise sanitaire du covid-19.

Afin d’apporter une première réponse à cette situation, le lundi 8 juin, la minuter des Outre-mer, Annick Girardin a annoncé plusieurs mesures importantes avec pour objectif de concilier protection des populations et besoin d’ouverture des territoires ultra-marins :

1. Mise en place d’un nouveau protocole sanitaire pour les voyageurs au départ et à l’arrivée à La Réunion
2. Suppression des motifs impérieux familiaux et professionnels
3. Suppression des plafonds de passagers par vol

Les motifs impérieux et la limitation du nombre de passagers à bord d’un vol avaient été décidés pour limiter au maximum la propagation du virus dans l’île (lire notre fiche pratique). Des mesures qui ont permis une maitrise efficace de l’épidémie. A ce jour, La Réunion est l’un des départements les moins touchés de France.

1. Nouveau protocole sanitaire pour les voyageurs arrivant à La Réunion

Ce nouveau protocole sera expérimenté du 9 juin et jusqu’au 10 juillet au plus tard. Si il est concluant, il sera alors généralisé à partir de cette date :

    • Chaque voyageur qui prendra l’avion à destination de l’ile, devra se faire tester dans les 72 heures avant son vol. Il peut le faire soit en demandant une prescription à son médecin, soit en se présentant directement dans un laboratoire d’analyse médicale avec sa réservation ou son billet d’avion
    • Le voyageur recevra sous 24 heures son résultat. Durant cette période, il est impératif de rester confiné chez soi
    • Si le résultat est négatif, il peut alors prendre son vol pour La Réunion
    • Une fois arrivé dans l’île, le voyageur n’aura plus à respecter une quarantaine de sept jours (voir ci-dessous)
    • A l’issue des 7 premiers jours se son séjour, il devra procéder à un nouveau test de dépistage du Covid-19

Cas des passagers testés positif au départ

En de résultat positif au dépistage du Covid-19, le voyageur aura l’obligation de s’isoler pendant 14 jours chez lui et ne pourra donc pas prendre son vol.

Les compagnies aériennes proposent à ces personnes de décaler sans frais leur billet pour un vol ultérieur, une fois la période d’isolement achevée (lire notre fiche sur les mesures commerciales offertes par les compagnies).

Suppression de la quarantaine de 7 jours envisagée à l’origine

D’ici le 10 juillet (et non le 22 juin comme évoqué le  lundi 8 par le représentant d’Annick Girardin) il a été confirmé que la septaine (isolement de 7 jours pour tous les touristes) ne sera plus imposée aux voyageurs métropolitains voulant se rendre dans les DOM-TOM.

« Dès son entrée en vigueur (au plus tard le 10 juillet), la loi de fin d’état d’urgence sanitaire rendra obligatoire le test avant départ pour se rendre dans les territoires d’Outre-mer et la quarantaine à l’arrivée sera supprimée » détaille le communiqué de presse du ministère de la Transition écologique et solidaire.

A noter que qu’il faudra tout de même attendre le bilan du protocole expérimental, qui prévoit une septaine et le test 72 heures avant le départ. Si au soir du 9 juillet au plus tard, l’épidémie reste sur la même dynamique, l’isolement disparaîtra bien. Le test de dépistage restera lui obligatoire.

« S’il y a une flambée, il est sûr que nous ne rouvrirons pas le ciel vers les territoires d’Outre-mer. Malgré ce risque, nous devons notamment permettre aux Français de se projeter, afin d’éviter que la filière touristique ne sombre » annonce le ministère.

Combien coute un test de dépistage COVID ?

Le prix du test de dépistage du Covid-19 est de 54 euros. Il est pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie (sur présentation d’une ordonnance).

2. Suppression des motifs impérieux familiaux et professionnels

A compter du 22 juin (la date reste inchangée par rapport à l’annonce publique faite le 8 juin dernier), il n’y aura plus de motifs impérieux pour se rendre dans un territoire d’outre-mer.

La liberté de voyage est donc totalement rétablie pour les territoires ultramarins.

3. Suppression des plafonds de passagers par vol

Toujours à compter du 22 juin, au départ de Métropole comme de La Réunion, le nombre de passagers par vol ne sera plus plafonné.

Actuellement ces plafonds se situent « autour de 200 personnes par vol » pour des rotations entre La Réunion et l’Hexagone au nombre de 3 par semaine (contre 20 avant l’épidémie).

« On va augmenter progressivement le nombre de vols hebdomadaires en accord avec les territoires » a précisé la Ministre des Outre-mer. La décision sur le volume revient aux élus et préfets des territoires ultramarins. « Cette hausse sera discutée territoire par territoire, en fonction de la volonté des élus locaux et de la situation sanitaire ».

En fin de semaine, Annick Girardin doit organiser une réunion avec les compagnies aériennes desservant les Outre-mer afin d’acter les nouvelles organisations.

Nouveaux horaires et jours d’ouverture de l’aéroport Roland Garros

L’aéroport de La Réunion Roland Garros précise que ces horaires sont en mesure d’évoluer chaque semaine en fonction de l’évolution de la situation et des décisions prises par les pouvoirs publics :

– Lundi : 9h30 à 13h30
– Mardi : 8h à 12h et 16h à 20h
– Mercredi : Fermé
– Jeudi : 10h à 13h et 19h30 à 20h30
– Vendredi : 5h à 7h
– Samedi : 9h30 à 10h30 et 16h à 21h
– Dimanche : 11h30 à 13h30 et 19h30 à 20h30

Enfin, sachez que deux compagnies aériennes ont ré-ouvert leur agence située dans l’aérogare :
Air Austral : ouverte le lundi, mercredi, et vendredi de 10h00 à 20h00 et le mardi de 10h00 à 15h00
French Bee : ouverte les lundis et jeudis de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00