Le volcan du Piton de La Fournaise : territoire lunaire au calme trompeur

L'étrange impression de quitter la terre pour une autre planète...

Site naturel le plus visité de La Réunion, le Piton de La Fournaise est incontestablement la star de l’ile. Si les trois cirques en sont les poumons, la Fournaise, en est véritablement le cœur.

Parfait témoin de la naissance de l’ile et acteur majeur de sa transformation naturelle, il attire inlassablement locaux et voyageurs pour un voyage à travers l’histoire (lire notre fiche pratique « Tout savoir sur le volcan ») : de la genèse du monde à nos jours. Le volcan ne dort jamais et il imprime, avec plus ou moins de violence, sa marque sur les paysages et la nature qui l’entourent.

C’est l’un des volcans les plus actifs de la planète. La fréquence des nouvelles éruptions le positionne  au premier rang avec pas moins de de vingt éruptions en 2015 et 2020.

C’est un univers de contrastes doublé d’un caractère imprévisible. La journée, la chaleur réfléchie par la roche volcanique peut s’avérer accablante quand le froid glacial vous saisira sans ménagement la nuit tombée.
Lorsqu’il traverse ces vastes étendues sans obstacles, le vent qui emplie vos oreilles s’oppose au silence assourdissant lorsqu’il n’y a plus un souffle et que vous êtes à l’écart de toute présence humaine.
Le volcan impose autant admiration à travers ses décors majestueux qu’il suscite de méfiance pour les caprices dont il a le secret (voir la vidéo).

Pour admirer la richesse de ce patrimoine classé à l’UNESCO, ce ne sont pas les options qui manquent. Du battant des lames au sommet du Dolomieu, principal cratère perché à 2.632 mètres qui domine Le Piton de La Fournaise, vous serez hypnotisé par la variété des paysages.

Au niveau zéro, le noir des falaises de lave contraste avec le bleu profond de l’océan Indien.
Juste au-dessus, la route des laves, en contrebas du Grand Brulé, offre une vue imprenable sur la cohabitation de deux mondes : celui calciné par les récentes coulées de lave et celui d’une nature qui reprend pleinement ses droits. C’est d’ailleurs à ce niveau qu’une expérience inoubliable vous attend si l’envie de pénétrer dans les entailles du monstre vous titille : l’exploration dans les tunnels de lave.

La variété prend une autre dimension au moment d’emprunter la route du volcan pour rejoindre le Pas de Bellecombe. De la magnifique forêt de cryptomerias, vous traversez de paisibles prairies verdoyantes d’altitude avant d’atteindre les plaines arides occupées par la roche volcanique et une végétation qui résiste tant bien que mal au froid ; puis vous plongez dans l’univers mystique de la Plaine des Sables.

Avant d’emprunter la route en lacets qui mène au Pas de Bellecombe, prenez le temps de vous arrêter et de vous laisser aller à une pause contemplative sur cette étendue aux allures de paysage lunaire teinté de rouge et à l’atmosphère très particulière.

Grandiose et mystérieux, La Fournaise se laisse découvrir plutôt facilement. Si l’ascension du cratère Dolomieu est un incontournable de la randonnée dans l’ile (voir le circuit), il existe une multitude se sentiers permettant de plonger dans la richesse de cet univers minéral : le Nez Coupé de Sainte-Rose, le Cassé de La Rivière de l’Est, l’Oratoire Sainte-Thérèse, le Morne Langevin, le Piton de l’Eau, …

Pour ceux qui veulent approfondir leurs connaissances ou ceux que la météo aura privé d’excursion, la Cité du Volcan vous ouvre ses portes. Ludique et particulièrement interactif à travers ses animations, le musée offre une expérience inédite.

C’est aussi le territoire privilégié des photographes -amateurs comme professionnels- qui comme aimantés par la beauté sulfureuse des lieux, exploitent habilement l’absence de pollution lumineuse. La région offre des conditions d’une rare qualité pour photographier la voute stellaire et notamment la voie lactée.

> Les sites à visiter
> Les musées
> Les activités de loisir

© Serge Gélabert

> Les sites à visiter

Pas de Bellecombe

Situé à 2.311 mètres d’altitude, le Pas de Bellecombe offre le plus beau panorama sur le volcan. Il surplombe le nord-ouest de l’Enclos Fouqué, la dernière caldeira formée par le volcan du Piton de la Fournaise. Accessible en voiture, c’est au Pas de Bellecombe que vous entamez l’excursion qui mène à son sommet. C’est le site le plus visité de La Réunion.


Plaine des sables 


Paysage volcanique époustouflant donnant l’étrange impression de marcher sur une autre planète, la Plaine des Sables est un paysage lunaire à la beauté presque surnaturelle. Un passage obligatoire pour se rendre jusqu’au volcan du Piton de la Fournaise. A plus de 2.000 mètres d’altitude, elle est délimitée à l’ouest par le rempart des Sables et à l’est, par le rempart du Pas de Bellecombe.
Complètement nue, couverte de scories (fragments de magma très vésiculé car empli de bulles de gaz, projetés lors des éruptions) et de roches volcaniques, la Plaine des Sables s’offre soudainement à la vue des conducteurs au moment d’atteindre le point de vue du Pas des Sables, à 2.350 mètres d’altitude.


Cratère Dolomieu


Le cratère Dolomieu représente le graal des randonneurs qui se lancent dans l’ascension de la star locale, le volcan du Piton de La Fournaise. Avec le cratère Bory, c’est l’un des deux cratères volcaniques situés au sommet du volcan. Formé en 1791, entièrement rempli de lave, le cratère Dolomieu s’est subitement effondré au cours d’une éruption en avril 2007, laissant place à un gouffre de près de 300 mètres de profondeur.

Cratère Commerson


Situé sur la route du volcan du Piton de La Fournaise, juste avant de descendre dans la mythique Plaine des Sables, le cratère Commerson est un cratère volcanique accroché au sommet d’une falaise surplombant la Rivière des Remparts. Un magnifique belvédère a été installé en bordure du cratère afin d’admirer dans son ensemble et en toute sécurité, cette formation profonde de 265 mètres.


Piton de l’Eau

Situé entre la Plaine des Palmistes et la Plaine des Cafres, à 1.881 mètres d’altitude, le Piton de l’Eau est surplombé d’un petit étang volcanique, un bassin naturel unique en son genre dans l’ile. L’endroit est un petit paradis au cadre enchanteur qui mérite le détour, tout particulièrement à la saison des arums dont la floraison commence en août, durant l’hiver austral.


Les Trous Blancs


Situés dans la région du volcan du Piton de La Fournaise, les Trous Blancs sont des curiosités géologiques appelées « maars ». Ils sont un héritage de l’activité hydraulique et magmatique de l’époque. Larges et profonds, il est possible d’en faire entièrement le tour et de descendre au fond pour mieux en apprécier la profondeur.

Nez de Bœuf

Positionné le long de la route forestière menant au volcan, le Nez de Bœuf est un sommet culminant à 2.136 mètres d’altitude. Logé entre les pâturages d’altitude de la Plaine des Cafres et le Pas des Sables qui domine le célèbre paysage lunaire de Plaine des Sables, c’est un site prisé pour son point de vue grandiose sur la Rivière des Remparts, son aire de pique-nique, la qualité du spot de bivouac, la variété des sentiers de randonnées, …

> Les musées

Cité du Volcan


Une visite interactive au cœur des volcans, c’est l’expérience que vous propose la Cité du Volcan. L’équipement de 6.000 m2 intègre de nombreux dispositifs et maquettes ludiques. Le visiteur peut ainsi faire sa propre visite du muséum et s’approprier les différentes connaissances de l’histoire géologique de La Réunion. Cette muséographie d’immersion est obtenue par l’utilisation de nombreux dispositifs innovants et interactifs.

© La Cité du volcan sur cartedelareunion.fr

> Les activités de loisir

Cliquez ici pour recherche une activité de loisir : en mer, sur terre ou dans les airs. © Rando Volcan sur cartedelareunion.fr

Voir aussi :
> Les Hauts : une nature intacte, des traditions préservées
> Les cirques : l’histoire et la nature profonde de l’ile se découvrent au fil des sentiers
> Le Nord de La Réunion : témoin intemporel de l’histoire
> Le Sud de La Réunion : une terre sauvage
> L’Est de La Réunion : le jardin d’Éden
> L’Ouest de La Réunion : capitale du soleil et des loisirs

© Photo de couverture : Serge Gélabert