Les fruits et les légumes de saison à La Réunion

Le calendrier des fruits et des légumes exotiques ou non à déguster dans l'île

Les fruits et les légumes de La Réunion ont été pour beaucoup importés en même temps que sont arrivées les différentes populations de l’île. Ceci explique sans doute la grande diversité de végétaux consommables toute l’année et ceux accessibles de façon plus périodique.> Les fruits

Sur les marchés, les bords de route, lors de vos randonnées, dans les jardins, vous croiserez toutes sortes de formes, couleurs, odeurs qui vous donneront, à n’en pas douter, l’eau à la bouche. Par chance nombre de ces produits sont à portée de main toute l’année. C’est le cas de :

– la banane, petite ou grande, verte, jaune ou noire, elle se cuisine aussi bien dans les plats salés qu’en dessert (gâteau banane, glace, ou à la poêle avec une lichette de rhum et de miel)

– l’ananas victoria, internationalement reconnu, sucré au possible, juteux, au potentiel sans limites se trouve en toute saison, et c’est tant mieux !

– la papaye, verte en salade ou orangée en gratin ou dessert est très facile à trouver (il suffit parfois de tendre le bras).

– le coco, apprécié pour son eau ou pour sa pulpe rafraîchit toujours autant, quelle que soit la saison.

– la cacahuète, appelée ici pistache, attention à ne pas vous méprendre, pousse également très bien et on la retrouve notamment dans la dakatine (beurre de cacahuète local souvent servi en piment pour accompagner vos rougails et caris).

Dans la catégorie des fruits improbables, vous trouverez :

– le zat, du vert au violet, il se mange frais ou en compote
– le jamrose, petite boule jaune rosée au goût… devinez quoi ? De rose ! Si si, il est aussi surprenant qu’il est bon
– le fruit à pain, très fréquent dans le Sud Sauvage se savoure en gâteau ou friture, il faut attendre que les pignons se détachent, comme sur une pomme de pin pour être bien certain qu’il soit mûr
– le ti jacques, gros fruit à piquants, sera un vrai calvaire pour ceux qui se risqueraient à le décortiquer eux-mêmes, préférez les barquettes vendues sur les marchés et bords de route, d’autant que l’odeur n’est pas franchement une invitation à la dégustation…

Et comme, paraît-il, ce qui est rare est précieux, quelques fruits n’arrivent à maturité qu’une fois par an, alors attention à bien en profiter tant que c’est possible…

En décembre et janvier : vous verrez non seulement rougir les flamboyants, mais aussi murir certains fruits comme l’incomparable letchi, charnu et sucré, incontournable. Les mangues en tout genre, fermes ou fondantes, filandreuses ou tendres, sucrées ou légèrement acidulées, ne lasseront pas les amateurs.

En février et mars : les longanis (sortes de letchis au goût de miel) et tamarins (coques renfermant une pâte brune, sucrée mais acidulée) sont des raretés à goûter sans faute.
Ce sont également les mois des tangors, mi oranges mi clémentines, les agrumes péi pour faire le plein de vitamines.
C’est en mars essentiellement que vous plongerez la cuillère dans les coques des fruits de la passion, violets ou orange, acidulés ou doux toujours sucrés par la soleil des tropiques, ils n’ont jamais aussi bien porté leur nom.

En avril, mai et juin : ne passez pas à côté des goyaviers, à ne pas confondre avec la goyave qui murit à la même saison. Ce sont de petits fruits rouges acidulés et frais, semblables à des grosses billes de groseille…
En mai, les énormes avocats de la Réunion et les pitayas (fruit du diable) teignent de vert, de rouge, de rose ou de violet vos salades en tout genre.

En juillet et en août : les fruits se raréfient avec l’arrivée de l’hiver mais vous verrez poindre de petites billes jaunes sur les marchés, ce sont les bibasses et les jujubes. Tous deux d’origine chinoise, assez semblables, ces fruits sont essentiellement appréciés en rhums arrangés, il faut bien le reconnaître, mais restent des curiosités à déguster.> Les légumes

Les légumes que l’on trouve en métropole poussent toute l’année à La Réunion, il faut dire que le soleil aide beaucoup. Ainsi tomates, courgettes, aubergines, carottes, concombres, salades, pommes de terre, radis,… colorent les étales douze mois sur douze.

Plus exotiques, les patates douces, palmistes, calebasses, poids carrés, babas figues, margozes, chouchous, brèdes, songes, cambarres, … sont autant de noms poétiques pour d’étranges cadeaux de mère nature.

– Le chouchou, la patate douce et la calebasse font de merveilleux gratins.
– Le palmiste, spécialité du sud sauvage se mange cru ou cuit, c’est le grand frère subtilement savoureux du cœur de palmier que vous connaissez peut-être.
– Le cambarre et le songe sont des tubercules, parfaits pour accompagner vos plats.
– Enfin, les margozes, poids carrés, babas figues ou brèdes cuits avec de l’ail, des oignons et beaucoup de curiosité remplaceront sans difficulté le traditionnel haricot vert.
Les merveilles gustatives précédemment citées sont pour certaines uniques au monde, et La Réunion a la chance de leur offrir toutes les conditions pour une parfaite croissance. Le soleil, l’air marin, l’eau et une terre volcanique fertile bien que capricieuse font de ce qui y pousse de petits échantillons de bonheur à partager sans modération !

Voir aussi :
> Trouver un restaurant dans l’île
> La carte des aires de pique-nique
> Quels souvenirs ramener de l’île La Réunion ?
> Le rhum à La Réunion
> La flore de La Réunion
> L’île en images
> Vidéo : Quels plats mange t-on à La Réunion
> Vidéo : La Réunion et son histoire

1 comment

  1. Pingback:Oté, l’été lé la ! – FLIC, FLAC, FLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *