Coulée 1977 à Piton Sainte-Rose

Historique, c'est la coulée de lave la plus impressionnante à observer dans l'ile Claim this listing

La Coulée 1977 que l’on peut admirer facilement à Piton Sainte-Rose fait partie de ces éruptions mémorables qui a marqué l’histoire de l’île de La Réunion.

Après une accalmie de 5 mois, le Piton de la Fournaise entre de nouveau en éruption le 24 mars 1977. L’activité volcanique se déroule alors à l’intérieur de l’Enclos Fouqué, la dernière caldeira formée par le volcan.

Le 5 avril, une série de fissures s’ouvre cette fois-ci à l’extérieur de l’Enclos, précisément sur le flanc Nord-Est du massif du Piton de la Fournaise, dans les hauteurs de Sainte-Rose.

Deux coulées de lave distinctes s’échappent de ces fissures et progressent vers la côte. La première se dirige vers l’Est, en direction du village de Bois-Blanc, le long du rempart du même nom, mais s’arrête avant de l’atteindre.
La seconde coulée s’oriente plus vers le village de Piton Sainte-Rose, au Nord-Est. Elle l’atteint le 9 avril avant de se jeter dans l’océan Indien le 10 avril après minuit.

Face à l’ampleur et au danger que représente cette éruption hors de l’enclos, débute l’évacuation des habitants de Piton Sainte-Rose. Fort heureusement puisque la coulée détruit une partie du village lors de son passage, en avalant notamment une douzaine de cases.

Trois jours plus tard, le 13 avril, une nouvelle coulée de lave progresse dans le village, détruit d’autres bâtiments, entoure la gendarmerie et traverse la route nationale 2. C’est durant cet épisode que se produit le « miracle » de Notre-Dame-des-Laves : à 19h15, la lave brule le portail de l’église avant de s’immobiliser à l’entrée de la nef. La coulée entoure l’église sans l’endommager et poursuit sa route jusqu’à la mer qu’elle atteint vers 21 h 30.

L’éruption s’achève le 15 avril par le tarissement des fontaines de lave des deux fissures.

L’évacuation préventive du village de Piton Saint-Rose à permis qu’aucune victime ne soit à déplorer. Mais les dégâts matériels sont importants : 33 habitations et la gendarmerie détruites, la route nationale  coupée en deux. Enfin, plus de 290 hectares de terres cultivées sont recouverts de lave.

La vision apocalyptique de l’immense coulée de lave traversant le village avant de se jeter dans l’Océan indien restent gravées dans les esprits de ceux qui ont vécu ce phénomène hors normes.

Cette éruption a conduit les autorités locales et les scientifiques à créer l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise. Ce dernier à vu le jour en 1979.

En bord de mer, on peut facilement admirer les vestiges de cette coulée historique de 1977. En effet, en aval du parcours de santé, la coulée reste très bien conservée, elle est quasiment intacte, seuls quelques plantes et filaos rappellent qua la nature reprend progressivement ses droits.

En s’approchant du font de mer, on remarque aisément la grande largeur de la coulée au moment de sa rencontre avec l’océan indien.

Pour admirer d’autres coulées, rejoignez la route des laves, cette section de la route nationale 2 qui traverse le Grand Brûlé entre Bois Blanc et Saint-Philippe. Tout le long, à chaque coulée de lave qui a dévalé et traversé les Grandes Pentes, retrouvez un panneau d’information indiquant l’année de l’éruption concernée.

> Voir la vidéo sur le Piton de La Fournaise.

© Photo 1 : directionlareunion.blogspot.com – Photo 3 : Serge Gélabert

Je note et je donne mon avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

97439 Saint-Benoît RE
Calculer l’itinéraire - Notice

La Réunion en 7 territoires d’exception

la côte Nord la côte Est le Volcan la côte Sud la côte Ouest les Cirques les Hauts

Contacter l’Office de tourisme de l’Est

02 62 46 16 16
reunionest.fr
@Reuni0nEst

5 bureaux d’information :
Saint-André - 1590 Chemin du Centre
Sainte-Anne - Place de l’Eglise
Bras-Panon - 21 Route Nationale 2
Hell Bourg - 47 Rue du General de Gaulle
Plaine des Palmistes - 258 Rue de la République