Les herbiers marins

Ils participent à l’oxygénation de leur environnement le jour et à la fixation du carbone. Ils jouent également un rôle contre certaines pollutions venues de la terre Claim this listing
  • Que sont les herbiers marins exactement ?

Les herbiers marins sont des plantes et non des algues. Contrairement aux algues, elles ont un système végétatif composé de feuilles, gaines basales, rhizome et racines. On peut les comparer aux plantes à fleurs qui poussent sur la terre ferme. Il s’agit d’ailleurs de plantes à fleurs qui seraient retournées dans le milieu marin il y a 100 millions d’année.

Certaines espèces d’herbiers marins produisent d’ailleurs des fleurs qui pourront être pollinisées de différentes manières. Par le vent à marée basse. Par de petits organismes marins, qui comme les insectes sur terre transportent le pollen en se déplaçant de fleur en fleur. Par les courants sous-marins…

Dans le monde nous connaissons 72 espèces d’herbiers marins. Les herbiers se retrouvent d’ailleurs dans tous les océan (hormis l’antarctique). Ils couvrent 0.2% de la surface du fond des océan (contre environ 0.1% pour les récifs coralliens).

  • Où peut-on observer les herbiers marins ?

A La Réunion, une seule espèce est observée, il s’agit de Syringodium isoetifolium. On la retrouve principalement sous forme de patch (petites prairies) à l’intérieur de certains lagons (entre la plage et la barrière de corail).

Comme toute plante, les herbiers réalisent la photosynthèse. Ils participent donc à l’oxygénation de leur environnement le jour et à la fixation du carbone. Ils favorisent ainsi l’augmentation du pH dans leurs environnements proches. Phénomène à considérer face à l’acidification des océans qui joue un rôle sur la construction des récifs coralliens.

Ils peuvent également jouer un rôle contre certaines pollutions venues de la terre. En effet, comme les plantes terrestres, ils ont besoin de nutriments pour se développer. Il est décrit que les herbiers marins assimilent jusqu’à 1,2 kg de nutriment par hectare et par an, équivalent aux effluents de 200 personnes (les eaux usées domestiques et urbaines).

Ainsi cette faculté d’absorption leur confère un rôle de tampon de pollution face à des phénomène d’eutrophisation (Apport excessif d’éléments nutritifs dans les eaux, entraînant une prolifération végétale, un appauvrissement en oxygène et un déséquilibre de l’écosystème) de la côte.

Les herbiers marins constituent également des écosystèmes à part entière. On peut y retrouver certaines espèces de poissons qui y sont inféodés. C’est le cas par exemple du perroquet des herbiers (Leptoscarus vaigiensis). D’autres espèces peuvent y passer pour s’alimenter ou encore s’y réfugier. Il arrive d’y croiser des tortues vertes en alimentation par exemple.

Les herbiers peuvent être soumis à des perturbations naturelles tel que les cyclones, fortes houles pouvant les arrachés ou encore prédations, maladies. On peut également considérer les pressions d’origines humaines tels que les aménagements littoraux, pollutions, ou encore invasions biologiques. Il convient donc de rester attentif à leurs évolutions.

  • Qu’est-ce que le sentier sous-marin ?

Dans un souci de sensibilisation du grand public à cet enjeu de préservation, la Réserve Naturelle Marine a crée le Sentier sous-marin de l’Ermitage, des visites guidées gratuites, pédagogiques et ludiques, du récif.

Accompagné d’une guide expérimentée, vous partez à la découverte de la richesse et de la fragilité du récif corallien de l’Ermitage. La visite est gratuite, il faut simplement vous munir de vos palmes, masque et tubas.

© Thierry Péres


Les récifs sont des milieux très fragiles qui renferment une biodiversité remarquable, protégeons-les !
En savoir plus


En partenariat avec :

© Photos 1, 2 & 3 : B.Cauvin-GIP RNMR – Photo 4 : A.Cuvillier-GIP RNMR

Heures d'ouverture :
Ouvert toute l'année

Je note et je donne mon avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *