Les plages de sable blanc

Les plages jouent un rôle d’amortisseur pour absorber, réfléchir ou dissiper l’énergie des vagues protégeant ainsi l’intérieur des terres Claim this listing
  • Qu’est-ce qu’une plage ?

Une plage est formée de sédiments c’est-à-dire de morceaux de roches désagrégées qui ne sont pas collés entre eux. En fonction de la taille des sédiments, on parle de plage de sable (0,2 à 2 mm), de gravier (2mm à 2cm) ou de galets (2 à 20cm).

Sous l’action d’éléments naturels tels que les courants, les vagues et le vent, les sédiments de la plage s’accumulent ou au contraire se déplacent. Cette caractéristique permet à la plage de se mouvoir et de s’adapter aux changements du plan d’eau. Elle lui confère un rôle d’amortisseur pour absorber, réfléchir ou dissiper l’énergie des vagues protégeant ainsi l’intérieur des terres.

Une plage est constituée de plusieurs compartiments, entre lesquels les sédiments circulent librement : l’arrière-plage est la zone la plus en arrière de la page. Les dunes ou les ourlets de sable qui s’y forment sont des réservoirs de sable. Rarement atteinte par les vagues, l‘arrière-plage est propice au développement des arbustes et arbres du littoral.

Zonation transversale d’une plage récifale. @M. Mahabot

Le haut de plage est la zone au-dessus de la laisse des plus hautes marées de vive-eau, atteinte par les vagues uniquement lors des tempêtes. Cette zone dissipe l’énergie des vagues par infiltration de l’eau entre les grains de sable.

L’estran est situé entre la limite de marée haute de vive-eau et celle de marée basse de morte-eau. Dans la zone de balancement des vagues, c’est lui qui reçoit de plein fouet l’énergie des vagues et l’absorbe ou la réfléchit.

L’avant-plage est la zone toujours immergée en avant de l’estran. Elle est le lieu d’échange sédimentaire sous-marins. Sur les récifs coralliens de La Réunion, l’avant-plage correspond à la dépression d’arrière-récif et au platier récifal. A La Réunion, ces deux derniers compartiments sont appelés communément « lagon ». En réalité, le « lagon réunionnais » correspond uniquement à la dépression d’arrière-récif, qui n’est pour l’instant qu’une bande étroite car l’île est encore jeune d’un point de vue géologique.

  • Sable noir ou sable blanc ?

A La Réunion, il existe des plages de sable noir comme à l’Étang Salé et de sable blanc comme à la Saline-les-Bains.

Le sable noir est issu de l’érosion des coulées de laves et des roches volcaniques. Il en est de même pour les galets noirs qui forment les plages de Saint-Benoit ou de Saint-Paul. Ainsi, les plages de sable noir ou de galets sont souvent situées près des embouchures des rivières qui charrient les sédiments érodés par la pluie. La plage de la baie Saint-Paul est par exemple alimentée en sédiment par l’embouchure de l’Étang Saint-Paul et la Rivière des Galets.

Vue rapprochée des composants du sable noir @Vie océane/EDDEN

Le sable blanc provient de la dégradation du squelette des organismes vivants sur le récif corallien, tels que les coraux, les coquillages, les oursins, mais aussi des algues à squelette dur. Les squelettes de ces organismes sont dégradés par l’action des vagues mais aussi par les poissons et les oursins brouteurs.

Vue rapprochée des composants du sable blanc @Vie océane/EDDEN

Lorsque ces animaux broutent les algues dont il se nourrissent, ils rappent avec elle un peu de roche corallienne. Difficile a digéré, les restes de cette roche se retrouvent dans leurs déjections.

Certaines plages présentent un mélange de sable noir et de sable blanc. C’est le cas des plages de Saint-Leu, qui sont à la fois alimenté en sable par le récif corallien et en sédiment volcanique par les ravines autour desquelles la ville a été construite.

  • Pourquoi n’y a t’il pas des plages tout autour de l’île de La Réunion ?

Tous les littoraux ne sont pas propices à la présence d’une plage. En effet, la création et le maintien d’une plage nécessite un espace disponible pour stocker les sédiments et mettre en place les différents compartiments. Sur certains littoraux, l’exposition à la houle est tout simplement trop forte pour permettre l’apparition de plage, c’est le cas des littoraux du sud et de l’est de l’île.

Falaises de St Philippe, la Réunion @www.indian-ocean.com

La Réunion possède 207 km de linéaire côtier dont :
– 105 km de côte rocheuses formées par la rencontre entre les coulées de lave et la mer
– 67 km de plages de galets
– 21 km de plage de sable blanc
– 14 km de plage de sable noirs
– Environ 66 km du littoral est artificialisé par des enrochements ou des murs de hauts de plage

Nature du littoral de l’Île de La Réunion, modifié d’après l’ATLAS POLMAR

  • Qu’est-ce que le sentier sous-marin ?

Dans un souci de sensibilisation du grand public à cet enjeu de préservation, la Réserve Naturelle Marine a crée le Sentier sous-marin de l’Ermitage, des visites guidées gratuites, pédagogiques et ludiques, du récif.

Accompagné d’une guide expérimentée, vous partez à la découverte de la richesse et de la fragilité du récif corallien de l’Ermitage. La visite est gratuite, il faut simplement vous munir de vos palmes, masque et tubas.

© Thierry Péres


Les récifs sont des milieux très fragiles qui renferment une biodiversité remarquable, protégeons-les !
En savoir plus


En partenariat avec :

© Photos 1, 2 & 3 : Serge Gélabert – Photo 8 : Les Aventuriers de l’Est – Photos du texte : RNMR

Heures d'ouverture :
Ouvert toute l'année

Je note et je donne mon avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *