Raie aigle

Une espèce classée « Vulnérable » sur la liste rouge mondiale de l’UCIN Claim this listing
  • Qu’est-ce qu’une raie aigle exactement ?

Avec les requins, les raies forment le groupe des Elasmobranches comptant plus de 900 espèces présentes dans tous les océans et les mers dont une cinquantaine d’espèces à La Réunion. Contrairement à ses cousins les requins avec qui on peut parfois les confondre, les raies présentent des fentes branchiales en position ventrale et non latérale. Cet organe est majoritairement utilisé pour la respiration.

Les Elasmobranches sont notamment remarquables par leur mode de reproduction. En effet, à la suite d’un véritable accouplement donnant lieu à une fécondation interne, les bébés peuvent se développer de 3 manières différentes : dans un œuf à l’extérieur de la femelle (oviparité), dans un œuf à l’intérieur de l’utérus de la femelle mais indépendamment des réserves de la mère (ovoviviparité) ou enfin directement dans l’utérus de la mère dont ils dépendent pour leur développement (viviparité). Dans les deux derniers cas, les juvéniles, comparables à de petits adultes miniatures, naîtront par le biais d’un « accouchement ».

Les raies appartiennent pour la majorité à l’ordre des Rajiformes qui renferment 6 familles. A La Réunion, 10 espèces sont présentes. Les plongeurs réunionnais peuvent notamment croiser fréquemment la raie pastenague à tâches noires, Taeniura meyeni ou encore la Raie aigle, Aetobatus ocellatus.

La raie aigle ou également appelée raie léopard est reconnaissable par ses deux grandes ailes pointues, son dos gris-noir constellés de petites taches blanches et son long museau plat et arrondi rappelant un bec de canard. Elle possède six harpons venimeux défensifs à la base de sa queue.

La plupart du temps en train de planer dans le courant, la raie aigle creuse parfois le sable à la recherche de sa nourriture : de petits crustacés, mollusques, ou échinodermes (groupe d’espèces réunissant les étoiles de mer, les oursins et les concombres de mer). Sa bouche aplatie et ses organes sensoriels performants lui permettent de débusquer ses proies et ses puissantes dents broyeuses de casser leurs coquilles si besoin.

Ovovivipare, la raie aigle est en âge de se reproduire entre 4 à 6 ans mais ne se reproduit pas tous les ans, ce qui la rend vulnérable. Après 12 mois de gestation, une femelle pourra donner « naissance » à 1 à 4 petites raies d’une trentaine de centimètres.

La raie aigle est capable de très fortes accélérations ce qui lui permet d’échapper à la plupart de ses prédateurs tel que le grand requin marteau. Probablement pour se déparasiter, il est possible d’observer les raies aigle bondir hors de l’eau.

Depuis 2015, la raie aigle est une espèce classée « Vulnérable » sur la liste rouge mondiale de l’UCIN (Union internationale pour la conservation de la nature) et sa population tend à diminuer. Menacée par la dégradation de son habitat, son mode de vie côtier en fait de plus une espèce exposée à de nombreux engins de pêche.

Sa valeur marchande pour sa chair dans certains pays d’Asie ou encore pour le commerce des aquariums représentent des menaces pour cette espèce. Les perturbations sonores telles que les bruits des bateaux semblent par ailleurs affecter leur comportement d’alimentation.

  • Où peut-on observer les raies aigles ?

La raie aigle est présente à La Réunion : Ouvrez l’œil ! Les visiteurs du sentier sous-marin de la Réserve Naturelle Marine de La Réunion ont déjà eu la chance de l’apercevoir ! Pour les plongeurs en bouteille, la renommée de la passe de l’Hermitage n’est plus à faire si l’on espère croiser cette espèce majestueuse !

  • Qu’est-ce que le sentier sous-marin ?

Dans un souci de sensibilisation du grand public à cet enjeu de préservation, la Réserve Naturelle Marine a crée le Sentier sous-marin de l’Ermitage, des visites guidées gratuites, pédagogiques et ludiques, du récif.

Accompagné d’une guide expérimentée, vous partez à la découverte de la richesse et de la fragilité du récif corallien de l’Ermitage. La visite est gratuite, il faut simplement vous munir de vos palmes, masque et tubas.

© Thierry Péres


Les récifs sont des milieux très fragiles qui renferment une biodiversité remarquable, protégeons-les !
En savoir plus


En partenariat avec :

© Photo 1 : P Petitjean-GIPRNMR

Heures d'ouverture :
Ouvert toute l'année

Je note et je donne mon avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *