La cuisine réunionnaise

Une gastronomie aux multiples saveurs issue du multiculturalisme propre à La Réunion

La cuisine réunionnaise ne pouvait être autre que le reflet de l’île et de son histoire : épicée, métissée, surprenante et avec un gros goût de reviens-y…
La nourriture à La Réunion est conviviale, familiale. Ne vous étonnez pas de voir se regrouper trois ou quatre générations d’une même famille sur la plage le dimanche autour d’énormes marmites en fonte.

La base du plat principal est simple : il s’agit du riz et bien souvent de grains (haricots, lentilles).

En entrée, les gourmands et les soucieux de leur ligne trouveront de quoi faire : samoussas, bouchons, bonbons piment (attention ça pique), et même gratins chouchou ou citrouille pour ceux qui aiment les amuses bouche-consistants. Pour les autres, de légères salades de choux, de palmistes (cœur d’une espèce de palmier présente sur l’île), achards (légumes marinés et épicés),…

Poursuivez la dégustation avec un plat en sauce accompagné de riz et de grains (légumineuses en tous genres, lentilles du Cirque de Cilaos de préférence).

Par plat en sauce, nous entendons poisson, viande ou encore crevettes mijotés avec des épices, des oignons, tomates, agrumes,…
Parmi les grands classiques, vous n’échapperez pas au rougail saucisse ou boucané et au cari. Boucané signifie fumé, la saucisse ou le morceau de lard sont ainsi fumés puis cuits dans la sauce tomate.

On appelle rougail les viandes mijotées dans une base d’oignons roussis (ce qui fait la différence avec le cari dans lequel les oignons et l’ail sont ajoutés en même temps que la tomate et cuisent donc dans le liquide), de la tomate, du thym, du curcuma (aussi appelé safran péi), parfois de l’ail, du combava (agrume d’origine asiatique dont on n’utilise que le zeste et quelques autres ingrédients secrets transmis uniquement par les gramounes (personnes âgées).

Le cari est donc une variante très proche du rougail (comme nous le disions, il semblerait que seule la cuisson des oignons change), ainsi, les caris poulet, poisson, z’oeufs ou ti jacques ne sont pas rares non plus. Le nom cari serait un dérivé du mot curry, ce mélange d’épices qui n’est pourtant pas utilisé dans la préparation du plat…

Ajoutez du vin dans la marmite et le rougail se transforme en civet, cerf, zourite (poulpe) ou autres, c’est la même base que pour le rougail, un verre de vin en plus et quelques épices en moins (le curcuma et le thym sont remplacés par un clou de girofle ou du caloupilé).

En dessert, les idées créoles ne manquent pas non plus : des fruits (exotiques, inutile de le préciser), gâteaux patate (à base de patate douce, farine, œuf, beurre, sucre, délicieux bien que légèrement bourratif), beignets banane, ananas ou encore songe (une racine locale), bonbons miel (inspirés de gâteaux maghrébins), rochers coco et sans oublier le si populaire rhum arrangé (une lichette, bien entendu). Autant de douceurs à apprécier les yeux fermés, le bruit des vagues en fond sonore.

L’héritage culinaire chinois a donné par ailleurs naissance au sauté mines, un chop suey à base de nouilles, légumes, poulet, œuf,… et sauce d’huitre, indispensable !

Côté indien, le cabri massalé est le digne représentant de la tradition culinaire indienne. C’est un plat à base de chèvre (cabri) cuite des heures durant dans un mélange d’épices (massala signifiant « mélange » en hindi).

Plus rares, le cari bichiques (sortes d’alevins locaux) et le porc palmiste raviront vos papilles à conditions d’aller les chercher un peu plus au sud de l’île.

Relevez le tout d’un rougail (le condiment cette fois, à base d’oignons et de piment) citron, concombre, bringelle (aubergine), tomate, dakatine (beurre de cacahuètes), mangue, ou tout simplement zognon, et vous voilà plongé dans un voyage tropical aux saveurs intenses.

BON APPÉTIT !

> Voir la vidéo sur la gastronomie réunionnaise <

Voir aussi :
> Trouver un restaurant dans l’île
> Le rhum à La Réunion
> Les bars où sortir à La Réunion
> La carte des aires de pique-nique
> Les sites culturels incontournables
> L’île en images
> Vidéo : La Réunion et son histoire
> Vidéo : Le Maloya

1 comment

  1. VIGNE

    J’ai adoré, lors d’un séjour sur l’Île Bourbon ! Mon fils et sa petite famille résident sur l’Île.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *